Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Série Folie

[Critique] Person of Interest, l'apogée d'un chef d'oeuvre

13 Mai 2015 , Rédigé par Nicolas Gardères Publié dans #Critique, #CBS

[Critique] Person of Interest, l'apogée d'un chef d'oeuvre

« We are being watched. The governement has a secret system, a machine that spies on you every hour of every day. I designed the machine to detect acts of terror, but it sees everything... Violent crimes involving ordinary people. The governement considers these people irrelevant. We don't. Hunted by the authorities, we work in secret. You will never find us. But victim or perpetrator, if your number's up, we'll find you. » Cela fait bien plus de 80 épisodes que l'on entend cette introduction, mais même après tout ce temps, elle ne lasse pas et reste mémorable. Premières secondes de chaque épisode, ce monologue de Finch est le premier pas vers 40 minutes supplémentaires de grande classe.

« Person of Interest est brillante en tous points. » @JeanRianflo

Après n'avoir cessé de gagner en puissance et en maîtrise au bout de trois ans, cette quatrième saison se devait de poursuivre sur la bonne voie, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle le réussit avec brio. Pour ceux qui ne connaissent pas - l'introduction vous aura sûrement déjà aidé à comprendre le principe de la série - Person of Interest met en avant bien des thématiques. A première vue simple série policière, avec une petite inspiration de Minority Report, où ici c'est une machine qui prévoit les crimes, on va rapidement se rendre compte que Person of Interest a beaucoup plus à raconter.

Rien que le fait de se placer dans un monde contemporain avec une intelligence artificielle aux pouvoirs exceptionnels - mais réalistes - c'est une thématique passionnante que Person of Interest développe. Dans notre monde contemporain, l'espionnage gouvernemental fait parler de lui, notamment avec la récente affaire Snowden, et c'est bien là que l'on voit que Person of Interest est étroitement lié à ce que l'on vit au quotidien.

« D'une intelligence rarissime avec des acteurs au top. » @AmirDaam

Porté par un casting de grande classe avec entre autres Jim Caviezel, Michael Emerson, Amy Acker ou encore les moins connus mais pas moins talentueux Sarah Shahi et Kevin Chapman, la série propose une multitude de personnages à la forte personnalité et bourrés de classe. Sans oublier tous les personnages secondaires et autres invités prestigieux. Chaque trait de personnalité des personnages va alors nous pousser à s'attacher un peu plus à ces derniers. Cette saison partiulièrement, la série a réussi à faire ressentir des émotions à ceux qui ne sont pas vraiment censés en ressentir, et le télespacteur n'en est que plus touché. Dans ce cas on retrouve notamment un personnage un tant soit peu sociopathe qui finira par avoir une relation plus qu'amicale avec un autre personnage, et surtout la machine, dont on va suivre son évolution tel un enfant qui découvre le monde dans lequel il grandit.

« Surprenante, incroyable, géniale et même émouvante. » @ShinNiko

La machine, cet élément central qui sert de tremplin à toute la série, est une réussite d'écriture impressionnante. Chacun de ses dialogues avec nos personnages principaux aura quelque chose de particulièrement touchant et percutant. Que ça soit son appréhension du monde avec Finch ou sa complicité avec Root, on s'attache là au meilleur allié possible de l'humanité.

En ce qui concerne la bande-son, dont son importance est souvent sous-estimée, elle n'est absolument pas négligée par la série et Ramin Djawadi (également responsable de la bande son de Game of Thrones) fait une nouvelle fois du très bon travail, permettant à Person of Interest de donner un peu plus d'ampleur à son identité. Les musiques choisies sont très souvent pertinentes et le thème musical de la série, très entraînant, nous rendra également un peu plus vulnérable dans nos plus grands moments de faiblesse émotionnelle.

« Une saison réussie, une écriture parfaite et intelligente, des retournements de fou et un final excellent. » @Gw3nd0ul

Person of Interest est une série qui prend son temps, et ça lui réussit particulièrement. Pour prendre comme exemple le développement de Sammaritain, adversaire de taille de la machine, il s'est fait sur des dizaines et dizaines d'épisodes en ajoutant des petites touches de temps en temps. Si on peut assimiler ce phénomène à un défaut dans le sens où les choses n'avancent pas forcément à grande vitesse, il serait plus juste de l'assimiler à une grande maîtrise d'écriture. Chaque petit détail compte et on a comme l'impression d'être dans un circuit imprimé géant où chaque élément a des répercussions sur les autres. Ces liens, on ne les voit pas tout de suite et la série réussit souvent à nous surprendre en utilisant des connexions que l'on ne voyait pas venir, un véritable bijou d'écriture.

La guerre avec Sammaritain s'est donc introduite très tranquillement dans la série et la rivalité entre les deux intelligences artificielles n'a cessé de prendre de l'ampleur au fil des épisodes et des saisons. On en est aujourd'hui à une véritable guerre des dieux. Cette confrontation permet une nouvelle fois de développer des réflexions passionnantes sur la façon dont pourrait se comporter une intelligence artificielle, et ça en est effrayant de réalisme. Dans le monde entièrement connecté dans lequel nous vivons, tout peut dangereusement virer à l'ambiance apocalyptique en un clin d'oeil. Certes on n'en est encore loin dans le monde réel, mais ça pousse clairement à la réflexion.

Guerre de gangs, terrorisme, espionnage gouvernemental, intelligence artificielle... Les sujets développés sont nombreux et la série a l'art de tout ficeler avec une maîtrise hallucinante. Alors qu'elle pourrait se perdre dans un trop plein d'intrigues, la série fait une nouvelle fois preuve d'une incroyable maîtrise scénaristique. On pourrait ici comparer la série à une toile d'araignée géante où les connexions ne cessent de se multiplier avec une organisation très poussée et une cohérence impressionnante.

« Person of Interest s'impose encore une fois comme l'une des meilleures séries actuelles, si ce n'est la plus intelligente. Avec ses coups d'avances, elle ne cesse de surprendre. Un bijou télévisuel. » @MGatz_

[Critique] Person of Interest, l'apogée d'un chef d'oeuvre

Cette saison aura une nouvelle fois eu l'apparence d'une partie d'échecs géante. Que cela soit concernant la guerre entre la machine et Sammaritain ou la rivalité entre Elias et Dominic, chaque joueur placera ses pions et tentera de surprendre son adversaire. On assiste alors à de véritables coups de maîtres et des mouvements assez surprenants. On se laisse ainsi porter par la partie en admirant, en tant que télespectateur, chacun des mouvements adverses s'apparentant par moments à des véritables coups de génie. La série n'est pas la seule à être intelligente, ses personnages le sont également.

« Encore une fois, Person of Interest est intelligente, passionnante, addictive et surprenante ! » @SeriesEater

Si la série est efficace dans la continuité de ses épisodes, elle est également capable de créer l'événement. Ainsi, pour la deuxième saison consécutive, la série nous a offert une trilogie événement qui restera sans aucun doute dans nos mémoires. En saison 3, la trilogie se bouclait avec une fin des plus tragiques. Cette saison, en plus de cela, il est surtout question de maîtrise scénaristique. On a l'impression que la série tente de nouvelles choses, tente d'explorer de nouveaux terrains, et ça marche. L'épisode 11 "If-Then-Else" est un véritable chef d'oeuvre démontrant toutes les qualités de mise en scène de la série. On tient là un des épisodes les plus maîtrisés de la série où chaque petit détail confirme un peu plus que la série est dotée d'une intelligence remarquable. Surprenant, cet épisode nous tient en haleine pendant plus 40 minutes avec une facilité déconcertante.

Person of Interest brille également par son côté poétique, s'apparentant par moment à une véritable ode à la vie. On navigue sur des sujets philosophiques qui peuvent nous concerner, et certaines réflexions sont fascinantes. L'une des plus récurrentes repose évidemment sur l'intelligence artificielle et sa forme de conscience, mais pas seulement. La valeur d'une vie par rapport à une autre et l'éternel dilemme de sauver "une vie importante" plutôt qu'une centaine d'autres vies ; Person of Interest ne va pas qu'effleurer de tels sujets, elle va les enlacer et y répondre de la meilleure des manières.

« Une saison brillante dans l'ensemble, un peu plus inégale que la saison 3, mais très poignante et grandiose. » @TheodoraManzana

Là où Person of Interest pêche un peu cette saison, c'est par son petit manque de régularité. Les quelques épisodes procéduraux avec une enquête banale peuvent parfois ennuyer, même s'ils ont souvent quelque chose de très intéressant à raconter. Sans oublier qu'un épisode procédural de Person of Interest n'en est rarement véritablement qu'un et sert souvent à introduire un nouveau personnage ou une nouvelle intrigue pour un peu plus tard. « It's all connected » dirait Marvel.

Néanmoins, on assiste bel et bien à des petites baisses de régime progressives. Ce n'est pas fréquent, mais ça reste assez regrettable quand on voit ce que la série est capable de faire. Forcément freiné  par son format de 22 épisodes, la série doit alors boucher quelques trous pour ne pas avancer trop rapidement, et elle le réussit peut-être parfois un peu moins bien que lors des saisons précédentes. Il faut dire que l'on a fini par s'habituer à quelque chose de grandiose.

« Plus humain, vibrant et ambitieux que jamais, la crème des séries de networks. » @JulienLada

[Critique] Person of Interest, l'apogée d'un chef d'oeuvre

Si vous suivez un peu l'actualité séries, le renouvellement de Person of Interest pour une cinquième saison de 13 épisodes ne vous aura sûrement pas échappé. Si CBS n'a pas encore confirmé que cette saison serait la dernière, cela y ressemble déjà fortement. Cette décision s'explique par une baisse d'audience progressive depuis déjà plus d'un an et depuis le déplacement de la série du jeudi au mardi, un changement qui lui aura fait beaucoup de mal. Cette saison 4 aura tout de même réuni en moyenne 9,41 millions de téléspectateurs pour un faible taux de 1,54 sur les 18-49 ans.

Alors que peut-on attendre de cette cinquième et probable dernière saison de Person of Interest (qui ne reviendra pas avant janvier) ? Quelques éléments de réponses :

  • Boucler la série comme il se doit.​ Si la saison 5 est bel et bien la dernière, on se doit d'avoir le droit à une conclusion digne de ce nom. La série semble encore avoir beaucoup de choses à raconter, mais toute histoire a une fin et il va déjà falloir boucler cette aventure que l'on ne sera pas prêt d'oublier.
  •  
  • Profiter d'une saison réduite. Cette cinquième saison sera en effet composée de seulement 13 épisodes, la série devra en profiter pour supprimer la totalité de ses petites longueurs que l'on a pu subir ces dernières saisons. 13 épisodes c'est très court et Person of Interest a les capacités de nous proposer une succession d'épisodes intenses et qui s'intéressent exclusivement aux fils conducteurs de la série.
  •  
  • Nous régaler. Finir une série, c'est toujours délicat. On peut attendre de Person of Interest de jouer avec nos émotions, elle est très douée pour ça, et de nous rendre nostalgique.

En conclusion :

Scénario et intrigues    10 / 10                              Casting et personnages    10 / 10

Image et bande son      9 / 10                               Crédibilité de l'univers      10 / 10

Régularité                         8 / 10                              Implication émotionnelle   9 / 10

NOTE TWITTER *  8,58 / 10

NOTE GLOBALE   9,23 / 10

Véritable petit bijou télévisuel, Person of Interest s'avère être l'une des séries les plus intelligentes et maîtrisées de ces dernières années. En se plaçant dans notre monde contemporain et en exploitant des thématiques passionnantes, la série propose avec beaucoup de maîtrise des réflexions très poussées sur l'intelligence artificielle ou plus généralement, la vie. Touchante, attachante, intelligente, on ne regrettera qu'un petit manque de régularité dans une saison proche de la perfection.

 

* Note calculée sur la moyenne des 13 notes fournies par des membres de la communauté Twitter (@WBeffort, @SeriesEater, @TheodoraManzana, @JeanRianflo, @HELLKNIGHT2010, @ShinNiko, @JulienLada, @Vinssouyaya, @Gw3nd0ul, @LouisRochard, @NicLoyd, @AmirDaam et @MGatz_). Un grand merci à eux pour leur contribution.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article