Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Série Folie

[Critique] Gotham, ambitieuse mais paresseuse

10 Mai 2015 , Rédigé par Nicolas Gardères Publié dans #Critique, #FOX

[Critique] Gotham, ambitieuse mais paresseuse

Avec ses apparences de projet ambitieux, Gotham a débarqué cette saison sur FOX en promettant la retranscription d'un riche univers. Reposant sur le développement des origines des personnages de l'univers de Batman, la série avait la lourde tâche de retranscrire sur le petit écran un univers connu des fans de comics et films Batman. 22 épisodes sont passés, et en attendant la seconde saison, une analyse s'avère nécessaire.

La série partait dès le départ avec certaines contraintes. En effet, l'univers de Batman est connu par bon nombre de fans, mais la série devait également rester compréhensible pour les spectateurs qui ne sont pas particulièrement familiers avec l'univers de base. Gotham doit donc jouer sur plusieurs tableaux pour attirer du public, et ça se ressent clairement, devenant rapidement un frein au bon développement de la série.

« Cette saison a posé les bases d'une bonne atmosphère à la série, mais ça reste un peu trop conventionnel. » @Gegeyf

À première vue, la retranscription de l'univers sombre et corrompu de la ville de Gotham est globalement réussi. Les premiers épisodes posent les bases d'un univers noir et intriguant, en nous proposant des premiers aperçus de personnages connus tels que Bruce Wayne adolescent, le détective Gordon ou encore le criminel connu sous le nom du Pingouin.

Bien qu'un peu perturbant au départ, on constate également que Gotham est une série intemporelle. On remarque alors rapidement certains éléments du décor appartenant à des époques différentes comme certains vêtements, des voitures et autre objets électroniques. Ce déroulement intemporel de la série peut s'avérer un peu déroutant mais sera surtout assimilé à un effort apprécié et réussi dans la retranscription de l'univers de Batman.

Néanmoins Gotham va rapidement s'emmêler les pinceaux dans son développement des intrigues et le déroulement de son scénario. Le problème majeur de la série est alors son incapacité à définir son identité. Elle se cherche, tente diverses directions, mais ne se trouve jamais vraiment. Cette première saison a notamment eu beaucoup de mal à développer un fil rouge sur plusieurs épisodes, naviguant entre les épisodes procéduraux proposant une enquête policière et les épisodes assez vides tentant désespérement de raconter les intrigues de ses personnages principaux.

« Copshow honnête mais manque de subtilité. » @ShinNiko 

Ces personnages, Gotham doit y porter une attention très particulière. En effet, une partie des spectateurs est déjà familière avec ces figures et la série doit en quelque sorte respecter les attentes de ces personnes, ce qui rend déjà plus difficile le développement de personnages comme Le Pingouin ou Riddler. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Gotham manque cruellement de subtilité et sort les grands sabots pour nous faire passer quelques messages. Un bon gros point d'interrogation sur la tasse de Riddler, un jeu de lumières sur le visage d'Harvey Dent... la frontière est mince entre potentiels clins d'oeil et manque de subtilité affligeant.

[Critique] Gotham, ambitieuse mais paresseuse

Là où Gotham échoue particulièrement, c'est sur le développement de certains personnages tels que Barbara ou encore Bruce dont leur utilité est clairement remise en question. Pour ce dernier, on sent clairement que ce jeune Batman a été introduit pour vendre la série comme la jeunesse du héros masqué, mais ne nous méprenons pas, il n'y a pas vraiment de nécessité à savoir ce que faisait Bruce Wayne quand il avait 10 ans. On sent même qu'un certain décalage se créé entre un Bruce dont on sait pertinemment qu'il n'aura pas d'impact réel sur Gotham - n'étant qu'un simple enfant et non le héros masqué - et les origines des méchants de la ville corrompue qu'est Gotham. Il aurait sûrement été plus judicieux de présenter un Bruce un peu plus âgé pour gagner en crédibilité, ou alors de ne tout simplement pas introduire le personnage dès le départ de la série (ou du moins ne pas lui accorder autant d'importance).

« Du polar qui vire au burlesque par manque de scénarios et d'idées. » @Thegamander

La série fait souvent preuve d'une incroyable paresse scénaristique. Le dernier exemple en date se retrouve au season finale qui nous place un "Two weeks later" et signe alors le retour de Fish Mooney en pleine forme alors que cette dernière était blessée. Pire encore, cette ellipse amène également un changement de comportement incroyablement incohérent de Selina. De l'épisode 21 à 22, Gotham a oublié plusieurs épisodes alors que pendant les 10 épisodes précédents, elle patogeait et tournait en rond. On constate clairement une mauvaise gestion scénaristique qui vient faire perdre un peu plus de crédibilité à la série.

« Imparfaite, irrégulière, parfois maladroite et grossière dans ses mécaniques, Gotham offre quand même sa dose de divertissement. » @JulienLada

Cette mauvaise gestion, on la sent également particulièrement quand Gotham essaie tant bien que mal de relier les intrigues de ses personnages les unes avec les autres. L'intrigue entre Maroni, Falcone et Fish, étant ce qui s'apparente le plus à un fil rouge, aura permis de relier assez adroitement ces trois derniers personnages avec Gordon ou encore le Pingouin. Le problème se trouve plutôt du côté des intrigues secondaires. L'exemple le plus flagrant reste celui de Barbara qui n'a pris de l'importance dans la série que lorsqu'un serial killer a voulu faire joujou avec elle. Vous rêviez de suivre les aventures d'un ogre tout droit sorti de 50 Shades of Grey ? Gotham l'a fait. Le reste du temps, Barbara était la grande responsable des conseils beautés et shoppings de la série, autant dire que ça n'aide pas la série à gagner en crédibilité.

Malgré ses lacunes, Gotham reste un divertissement agréable et prenant. Le manque de subtilité et crédibilité n'enlève pas le mérite de certains épisodes à gagner en intensité. Lorsque la série met de côté ses petites intrigues secondaires sans importance, elle réussit à fournir de temps en temps un épisode plutôt dense avec de réels enjeux. Le problème, c'est que Gotham ne réussit jamais à tenir le rythme sur plusieurs épisodes.

[Critique] Gotham, ambitieuse mais paresseuse

Au niveau des audiences, la série a globalement trouvé son public avec une certaine stabilité malgré une chute assez inquiètante concernant les derniers épisodes. Néanmoins, avec une moyenne de 6,1 millions de téléspectateurs et un taux de 2,17 en moyenne sur les 18-49 ans, la série s'avère être un des plus gros succès de FOX et reviendra logiquement pour une saison 2.

« Un Gotham avec des hauts et des bas. » @JeanRianflo

Gotham n'est pas foncièrement mauvaise, les idées sont présentes, mais le rendu lui est pour le moment abstrait. Que doit faire la série en saison 2 pour s'améliorer ? Quelques éléments de réponse :

  • Repartir sur de nouvelles bases. La seconde saison pourrait opter pour un saut dans le temps, et ce n'est certainement pas plus mal pour repartir sur un terrain tout frais. Attention tout de même, les ellipses temporelles restent délicates et Gotham n'a pas excellé dans cet exercice auparavant, il faudra rester cohérent.
  •  
  • Donner de la profondeur aux intrigues de ses personnages. Un bon vieux fil rouge ne fera pas de mal à la série, celui de la saison 1 étant soit inexistant soit inefficace. Il est temps de faire durer sur plusieurs épisodes une intrigue avec enjeux, rebondissements et conséquences concrètes.
  •  
  • Gagner en crédibilité et subtilité. Pour cela, Gotham devra se concentrer sur son récit, encore trop brouillon et incohérent. La série devra étoffer ses personnages en leur proposant des intrigues pertinentes qui pourront être reliées adroitement les unes avec les autres.

 

En conclusion :

Scénario et intrigues     3 / 10                                Casting et personnages    5 / 10

Image et bande son      5 / 10                                 Crédibilité de l'univers      3 / 10

Régularité                         3 / 10                               Implication émotionnelle   4 / 10

NOTE TWITTER *  6,15 / 10

NOTE GLOBALE   4,16 / 10

Un potentiel non-exploité et de grosses faiblesses scénaristiques viennent gâcher une première saison qui se voulait ambitieuse mais qui se révèle être paresseuse. Le développement des origines de Gotham devient la plupart du temps ennuyeux alors que l'univers est particulièrement riche. Bien que des efforts soient fournis sur certains personnages et sur la retranscription de l'univers, on constate un manque de crédibilité et subtilité flagrant qui se doit d'être corrigé.

 

* Note calculée sur la moyenne de 13 notes fournies par des membres de la communauté Twitter (@Un_chipmunks, @JeanRianflo, @Gegeyf, @HELLKNIGHT2010, @Thegamander, @ShinNiko, @JulienLada, @getpugsnotdrugs, @JordanFoulon, @TimeInfinity_, @serivore1, @Siana___ et @_PePez_). Un grand merci à eux pour leur contribution.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article